Une séance 0-3 ans en R.A.M. avec Hélène

Nous avons échangé avec Hélène sur les séances qu’elle propose aux tout-petits, ici en Relai d’assistantes maternelles. Ce témoignage est un exemple parmi d’autres, sans prétentions, pour partager nos expériences. Vous êtes cordialement invités à nous contacter pour partager vous aussi vos séances…


Accueil

« Avant la séance, je joue de l’ocarina pendant l’arrivée des dernières poussettes : cet instrument a une tendance exceptionnelle à rassurer et calmer les enfants en état de stress. Même si ce n’est pas un instrument que je maîtrise à fond, je peux créer une ambiance apaisante et aussi susciter de la surprise (imiter le chant des oiseaux par exemple), cela permet de dire sans parler « ici vous entrez dans le monde de la musique »…

La séance commence par un petit rituel d’accueil avec une marionnette-marmotte qui sort de son sac… et je joue avec son état (ou le mien) : endormie, farceuse, excitée, … puis je chante la chanson rituelle de la marionnette (avec les assistantes maternelles)

– Une marionnette –
« une marionnette danse , danse
fait trois pirouettes et dit bonjour
l’autre marionnette danse , danse
et pour disparaître fait un tour ! »

La marionnette salue chaque enfant (et adulte) et réciproquement, selon la
hardiesse de chacun. A la fin de la chanson (‘et pour disparaître fait un tour ») la marionnette retourne se cacher dans son lit (sac) jusqu’au rituel de fin
Eventuellement (selon l’intérêt des enfants) je recommence avec une deuxième marionnette, puis les deux ensemble…
Les adultes et enfants peuvent jouer eux aussi avec leurs mains

Les instruments de musique

Pour présenter un instrument, je prévois tout d’abord une quantité
suffisante pour que chaque enfant en ait un en mains (et qu’on se concentre sur l’instrument et non sur la gestion de la frustration).
Je commence par une petite narration autour de l’objet, de ce que peut évoquer sa forme (triangle-fenêtre par exemple ….), je peux détourner l’instrument pour l’histoire (ce qui me permettra ensuite de solliciter les enfants en mode jeu ou silence)
J’essaie de provoquer un imaginaire assez large … (ils peuvent être emballés dans de jolis étuis -« pyjamas » où les enfants les rangeront ensuite).
Je confie les instruments aux enfants et propose, sur une musique enregistrée (qui soutient le même imaginaire ou thème que celui de l’histoire), des gestes musicaux à imiter, par exemple un geste qui s’envole entre deux frappes), pour inciter les enfants (aidés par les adultes) à espacer le son.
Cela leur permet d’écouter en jouant, d’avoir une première perception de la phrase, ou de la pulsation, de la division, subdivision… (ad lib)
(Temps musical choisi = environ 3 minutes, mais je prévois soit d’écourter si je vois que ça n’accroche pas vraiment, soit de refaire s’ils ont pris beaucoup de plaisir, soit de jouer sur une autre musique… évaluation de l’enthousiasme en temps réel, facile à voir !

Ensemble, on applaudit les musiciens, les instruments qui ont bien joué… et qui sont fatigués et ont bien mérités d’aller se coucher, et hop ! Rangement en prenant soin de ne pas les bousculer … on prend soin des instruments, ça s’apprend déjà à la crèche !

Dansons !

Je prends ensuite un temps de jeu dansé autour d’un répertoire traditionnel, que j’accompagne à l’accordéon.
Pour finir, je propose un retour au calme musical (à l’accordéon ou au piano – car mes séances ont lieu dans une salle du conservatoire) puis la marionnette revient pour qu’on se dise au revoir.

La crèche par rapport au R.A.M.

Avec des assistantes maternelles, la partie jeu instrumental gagne en précision car je distribue des instruments à tous, y compris aux adultes. Cela fait partie des choses qui les impliquent dans la séance (et qui crée avec l’enfant qu’elles connaissent un moment de complicité). Cela permet aussi à l’enfant de prendre part au jeu d’imitation des adultes sans qu’une contrainte soit posée. Parfois l’imitation est parfaite, parfois c’est tout à fait à côté, mais cela n’a pas d’importance.

Difficulté de ce public : les assistantes maternelles ont plaisir à se retrouver, donc ont tendance à discuter entre professionnelles, phénomène qu’il faut canaliser. Pour les emmener dans mon imaginaire et attiser leur enthousiasme, je fais le clown, saupoudre mes histoires de second degré… il est bien qu’elles sentent que c’est aussi une séance pour elles.

Lorsque je fais des séances en crèche mon rituel est sensiblement identique, avec des séances plus courtes pour les bébés (15-20 min). La principale différence est que je peux planifier un parcours progressif, sachant que je retrouve les mêmes enfants à chaque séance.

En RAM les séances sont plus longues (40-50 min) et ponctuelles (mais il m’arrive de retrouver les mêmes enfants) c’est pourquoi il est important de bien varier les activités et de se mettre debout à un moment donné.

Ajouter un commentaire